CUZION

Cuzion

La parenthèse nature

Cuzion d'autrefois

Partagez vos documents anciens !

Vous pouvez nous envoyer directement par mail les fichiers de vos photos ou cartes postales en format "jpg". Le secrétariat de mairie est également à votre disposition pour numériser vos images originales si besoin. Prenez rendez-vous pour les faire scanner. 

Email : mairiedecuzion@orange.fr (indiquer " à l'attention du webmaster du site internet ").

Tél mairie : 02.54.47.24.51

Les cartes postales des Archives Départementales de l'Indre

Les Archives départementales de l'Indre conservent une collection de cartes postales issue d'achats et de dons. La collection la plus importante est issue du " Legs Joseph Thibault "L'ensemble de la collection a été numérisée, soit plus de 9 000 cartes postales conservées aux Archives départementales de l'Indre, la collection complète étant en accès libre dans la salle de lecture.

Sur le site du département de l'Indre (rubrique archives), découvrez les cartes postales illustrant Cuzion 
ainsi que la biographie de Joseph Thibault

Vidéos "Cuzion d'hier"

Accès au patrimoine vidéo régional sur le site internet ciclic

 

Retrouvez la petite et la grande histoire de la région sur le site internet memoire.ciclic.fr 

édité par la Région Centre - Val de Loire, qui collecte, conserve, numérise et valorise les films amateurs.


Accédez aux films tournés à Cuzion en cliquant ici

Plus de 32 films amateurs sont en ligne.


(si l'affichage de la liste n'apparait pas, descendre le curseur sur la page,

ou taper "cuzion" dans la barre "rechercher, ajouter aux critères").

Les Archives Départementales de l'Indre

Le fonds d'archives départemental


Consultez sur le site internet du département de l'Indre les différents fonds d'archives, mis en ligne en 2013 : registres paroissiaux et d'état-civil jusqu'en 1902, recensements de population jusqu'en 1901 (recherche par chef-lieu du canton), plans du cadastre napoléonien (XIXème siècle), registres matricules militaires (1863-1921).

 

Des difficultés pour ouvrir les images numérisées (qui ne s'ouvrent pas en cliquant sur l'oeil), peuvent être dues au blocage des fenêtres publicitaires intempestives ou pop-ups par votre navigateur : conseils de consultation.

 

Important : "Les personnes, physiques ou morales, privées ou publiques, souhaitant réutiliser les informations produites ou conservées par les Archives départementales de l’Indre doivent en faire la demande écrite auprès des Archives départementales de l’Indre. Que ce soit pour un usage interne ou privé ou pour un usage commercial". Consulter sur le site du département de l'Indre les modalités de réutilisation des données publiquesTélécharger sur le site " indre.fr " le règlement général de réutilisaton d'informations publiques détenues par les archives départementales de l'Indre

Partagez vos documents anciens et textes !

Faites découvrir ici vos récits, poésies, recettes, etc...  concernant notre territoire !

Adressez-les nous via le formulaire de la page CONTACT de ce site.

Les articles sont publiés sous forme de blog.

1 2

La Tuilerie « LACROCQ» à la Grand-Lande, une affaire de famille

20 février 2018

PLUS D’UN SIECLE ET DEMI DE FONCTIONNEMENT. Entre 1828 et 1996, 168 années se sont écoulées, au cours desquelles les générations Lacrocq se sont succédé pour assurer le fonctionnement d’une entreprise familiale prospère, avant que son dernier représentant, André, ne cède la gérance à Roland Piget, en 1987. 

JEAN-BAPTISTE, PIONNIER DE LA FAMILLE. C’est aux abords du stade de Cuzion,- que les anciens appellent toujours « la tuilerie », que Jean-Baptiste Lacrocq, né en 1804, creusois de Felletin, reprend en 1828 des locaux existants. Malheureusement, le filon d’argile s’épuise assez rapidement et c’est à La Grand-lande que Jean-Baptiste crée sa propre affaire. Dès lors, ils seront sept à se succéder pour assurer la continuité de cette imposante fabrique de briques et de tuiles.

La Tuilerie « LACROCQ» à la Grand-Lande, une affaire de famille

Cuzion dans la Grande-Guerre, un héritage symbolique

15 février 2018

par Marine VIGNEAU, historienne

En 2018, nous entamons la dernière année de célébration du centenaire de la Première Guerre Mondiale. Depuis quatre ans, la France célèbre par différents moyens (expositions, documentaires télévisés, films ou encore témoignages et livres) cette guerre qui aura laissé une empreinte indélébile dans l'Histoire de notre pays. Mais qu'en est-il dans nos villages? Il n'y a pas un coin de France qui n’ait été touché par la guerre 14/18. Les soldats morts au front et les civils impactés venaient de partout en France mais aussi d'ailleurs, dans les anciennes colonies françaises. Tous et toutes, soldats, civils ont participé à l’effort de guerre, à la revanche contre l'Empire de Prusse et ses alliés. Les hommes sont en majorité au front et les femmes dans les usines ou dans les champs. 

Cuzion dans la Grande-Guerre, un héritage symbolique

Bonnu en Sorcellerie, les origines de la fête

10 février 2018

Par Denis Rocher

Célébrée depuis des temps immémoriaux le dimanche d’Octobre suivant la St Luc en l’honneur du saint patron du village, la fête de Bonnu était, à la fin du siècle dernier, tombée en désuétude : le pèlerinage avait disparu et la fête foraine était quasiment inexistante.

C’est alors qu’un groupe de copains décida de lui redonner un peu de cette vie que le temps lui avait fait perdre, d’une part en invitant les autorités religieuses à célébrer de nouveau St Luc (messe et pèlerinage) et d’autre part en choisissant un thème porteur pour la fête profane : la Sorcellerie.

Bonnu en Sorcellerie, les origines de la fête

Sur les pas de Saint-Jacques par la route de Vézelay, un pèlerinage millénaire

30 janvier 2018

par Marine Vigneau, historienne 

La légende 

La création du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle remonte au Moyen Age et est associée à la légende de SaintJacques, parti pour évangéliser l'Espagne (1). Il quitta Jérusalem après la Pentecôte et débarqua en Andalousie, conquise par les musulmans, et décida de rester quelques années en Galice. Aux yeux de l'église catholique, la présence de Saint-Jacques marque un tournant pour le catholicisme espagnol, qui se trouva confronté à l'invasion musulmane. Saint-Jacques, après avoir réussi sa mission d'évangélisation, est reparti à Jérusalem, où il fut décapité. Son corps fut posé sur une barque par deux de ses disciples et alla s’échouer en Galice. Il fut enterré sur place et, à l'endroit de sa tombe, fut fondée la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle. 

Sur les pas de Saint-Jacques par la route de Vézelay, un pèlerinage millénaire

L'inversion des paysages

30 juillet 2016

Il y a un siècle, avant la construction du barrage d'Eguzon dans les années 20, la région vivait au rythme d'une petite agriculture, familiale et vivrière. Les coteaux qui surplombent la Creuse du côté de Cuzion, St Plantaire et Eguzon, étaient couverts d'ajoncs, fougères, genêts et bruyères. Chèvres et moutons y étaient emmenés paître, et entretenaient ainsi les pentes rocheuses en s'y nourrissant des jeunes pousses d'herbe, d'ajoncs, de chêne, de buis et d'épines. 

Histoire... Les Frères BRULÉ : une famille de Cuzion dans la tourmente de 1914/1918

28 avril 2016

Le destin tragique des Frères BRULÉ, reconstitué par leur descendant Daniel Durand en 2014, d'après ses archives personnelles et les archives départementales de l'Indre.


Cliquer ici pour accéder au document complet, texte et photos (fichier Pdf, 12 pages)

 

" À la veille du déclenchement de la grande Guerre, la famille du boucher Achille Brulé, à Cuzion, est une famille ordinaire. Le père, veuf, est boucher au centre du bourg ; il a 58 ans mais son fils aîné, Paul Louis, l'assiste et, peut­-être, reprendra-­t-­il le commerce. La fille la plus âgée, Gabrielle Estelle, est mariée depuis 1907 avec Albans Viard, fils du maréchal­-ferrant. Les deux autres enfants sont encore célibataires, Marcel René n'a pas encore 22 ans, et effectue son service militaire. Il a été incorporé le 10 octobre 1913 dans le 1er bataillon de chasseur à pied. Sa sœur Marie­ Antoinette Alphonsine va sur ses 24 ans. Seule ombre au tableau, la mère, Virginie Estelle Sommier, est décédée deux ans auparavant, en 1912, à l'âge de 58 ans. Avant l'été 1914, les rumeurs de guerre enflent...

Histoire... Les Frères BRULÉ : une famille de Cuzion dans la tourmente de 1914/1918

Poésie... "La Forteresse de Châteaubrun"

04 avril 2016

 Ô, Châteaubrun, depuis des siècles tu nous contemples,

            Ta résistance au temps fait de toi un exemple.

            Ton impressionnante stature nous défie ;

            Malgré les ans, tu es là et toujours en vie.

            Tu es le témoin éclairé du temps passé,

            Ta lumière nous exhorte à rien oublier.

            La puissance de tes pierres est évocatrice,

            Nous nous taisons, car elle est notre locutrice.

Poésie... "Vallée de la Creuse"

02 avril 2016

Somptueuse Vallée de la Creuse, tu es la vie,

Ta rivière est un chemin qui marche à l’envi ;

D’un côté, tes flancs verdoyants et montagneux,

Et de l’autre, tes remarquables hauts abrupts rocheux.

 

L’enfant respecte la nature et aussi chaque bête,

Là demeure sa subsistance, son cœur, et sa tête ;

Seul au milieu des forces naturelles, il se tait ;

Mais observe ta noblesse et fait ce qu’il lui plait.

Poésie... " Le père, l’enfant et les bœufs "

30 mars 2016

                        Je revois le temps où nous avions des bœufs ;

                        Très doucement, ils allaient sous le joug tous les deux ;

                        L’un s’appelait Racigneux et l’autre Mouton.

                        Mon père, sans l’aiguillon, leur donnait le ton.

 

                        Sous la voix de leur maître, ils tiraient la faucheuse,

                        Un très lourd charroi ou la moissonneuse-lieuse,

                        Ainsi que la charrue, le cultivateur,

                        L’herse et le rouleau. Cela pendant des heures.

Poésie... "Hommage aux paysans de jadis en bas-Berry"

28 mars 2016

                        Que sont devenues les valeurs du temps passé,

                        Là où l’entraide ne faisait que s’imposer ?

                        Le noble esprit paysan d’antan, plein d’allant,

                        Etait permanent lors des travaux dans les champs.

 

                        Hommes de la terre, ils travaillaient fort chaque jour,

                        Ils mutualisaient leurs forces avec amour.

                        Par leur travail, ils façonnaient le paysage,

                        Ils aimaient contempler la Creuse et ses rivages.