CUZION

Cuzion

La parenthèse nature

Cuzion d'autrefois

Partagez vos documents anciens !

Vous pouvez nous envoyer directement par mail les fichiers de vos photos ou cartes postales en format "jpg". Le secrétariat de mairie est également à votre disposition pour numériser vos images originales si besoin. Prenez rendez-vous pour les faire scanner. 

Email : mairiedecuzion@orange.fr (indiquer " à l'attention du webmaster du site internet ").

Tél mairie : 02.54.47.24.51

Les cartes postales des Archives Départementales de l'Indre

Les Archives départementales de l'Indre conservent une collection de cartes postales issue d'achats et de dons. La collection la plus importante est issue du " Legs Joseph Thibault "L'ensemble de la collection a été numérisée, soit plus de 9 000 cartes postales conservées aux Archives départementales de l'Indre, la collection complète étant en accès libre dans la salle de lecture.

Sur le site du département de l'Indre (rubrique archives), découvrez les cartes postales illustrant Cuzion 
ainsi que la biographie de Joseph Thibault

Vidéos "Cuzion d'hier"

Accès au patrimoine vidéo régional sur le site internet ciclic

 

Retrouvez la petite et la grande histoire de la région sur le site internet memoire.ciclic.fr 

édité par la Région Centre - Val de Loire, qui collecte, conserve, numérise et valorise les films amateurs.


Accédez aux films tournés à Cuzion en cliquant ici

Plus de 32 films amateurs sont en ligne.


(si l'affichage de la liste n'apparait pas, descendre le curseur sur la page,

ou taper "cuzion" dans la barre "rechercher, ajouter aux critères").

Les Archives Départementales de l'Indre

Le fonds d'archives départemental


Consultez sur le site internet du département de l'Indre les différents fonds d'archives, mis en ligne en 2013 : registres paroissiaux et d'état-civil jusqu'en 1902, recensements de population jusqu'en 1901 (recherche par chef-lieu du canton), plans du cadastre napoléonien (XIXème siècle), registres matricules militaires (1863-1921).

 

Des difficultés pour ouvrir les images numérisées (qui ne s'ouvrent pas en cliquant sur l'oeil), peuvent être dues au blocage des fenêtres publicitaires intempestives ou pop-ups par votre navigateur : conseils de consultation.

 

Important : "Les personnes, physiques ou morales, privées ou publiques, souhaitant réutiliser les informations produites ou conservées par les Archives départementales de l’Indre doivent en faire la demande écrite auprès des Archives départementales de l’Indre. Que ce soit pour un usage interne ou privé ou pour un usage commercial". Consulter sur le site du département de l'Indre les modalités de réutilisation des données publiquesTélécharger sur le site " indre.fr " le règlement général de réutilisaton d'informations publiques détenues par les archives départementales de l'Indre

Partagez vos documents anciens et textes !

Faites découvrir ici vos récits, poésies, recettes, etc...  concernant notre territoire !

Adressez-les nous via le formulaire de la page CONTACT de ce site.

Les articles sont publiés sous forme de blog.

Poésie... "La Forteresse de Châteaubrun"

04 avril 2016

 Ô, Châteaubrun, depuis des siècles tu nous contemples,

            Ta résistance au temps fait de toi un exemple.

            Ton impressionnante stature nous défie ;

            Malgré les ans, tu es là et toujours en vie.

            Tu es le témoin éclairé du temps passé,

            Ta lumière nous exhorte à rien oublier.

            La puissance de tes pierres est évocatrice,

            Nous nous taisons, car elle est notre locutrice.

Ô, Châteaubrun, lorsque nous étions enfants

            Tu étais le beau rêve de tous nos instants

            Et, en nous, aujourd’hui, est toujours ton esprit ;

            En tout temps, en nous, ton passé sera inscrit.

            Le mystère de ton âme est pénétrable,

            Ainsi nous guides-tu là vers l’imaginable

            De ce qui est aussi infâme, que fort glorieux.

            Tu es les grands yeux de l’histoire de ces lieux.

 

 Ô, Châteaubrun, tes abords escarpés, tes douves

            Te protègent à tous les endroits d’où l’on se trouve.

            Tes hautes murailles flanquées de tours crénelées,

            Conduisent à l’échec chaque troupe non désirée.

            Tes énormes remparts apparaissent dissuasifs ;

            A leurs pieds, l’homme ne peut être que craintif.

            Forteresse, contre qui les assauts sont vains,

            Tu vois venir amis et ennemis de loin.

 

 Ô, Châteaubrun, ton intérieur est idyllique,

            Chez toi, ici et là, partout, rien n’est classique ;

            Passé, présent et avenir mettent en émoi,

            Voilà pourquoi l’on se fie à ta foi.

            Tu représentes une éternité certaine,

            C’est pourquoi nous allons toujours te voir sans peine.

            Chaque partie de toi est un juste miroir

            De ce que l’homme ingénieux peut concevoir.

 

 Ô, Châteaubrun, tes tours et tes logis nous parlent

            Et tout objet en elles aussi parle, c’est normal !

            Tes sculptures, disposées çà et là, interpellent ;

            Elles s’expriment et ont quelque chose de spirituel.

            Tout autour de toi, est sujet à pèlerinage,

            Et cela, pour tout humain, il n’y a pas d’âge.

            Nous avons toujours l’impression de découvrir

            Des sculptures attirant l’esprit pour le nourrir.

 

  Ô, Châteaubrun, ta salle des gardes est chaleureuse,

            Son immense cheminée donne une ambiance heureuse ;

            Son imposante table ronde est conviviale,

            Sa grande sculpture, « Le mutant », n’est en rien banale.

            Ta chapelle peut être un lieu de méditation

            Pour tous les visiteurs, croyants ou incroyants.

            Ta cave creusée dans le roc est sublime.

            Tes pièces souterraines sont remarquables, rien d’infime !

 

  Ô, Châteaubrun, ton donjon donne l’observation

            De la très profonde vallée et des plus hauts monts.

            L’écrivain George Sand a vu et bien aimé,

            La Creuse serpentant au fond de cette belle vallée,

            Ses collines qui étaient alors des pâturages.

            Tout cela, pour elle, demeurait une bonne image.

            Aujourd’hui, barrage oblige, Creuse est différente.

            La rivière apparaît immobile, très lente,

            Et collines, à perte de vue, sont boisées,

            Quelques prairies ; une autre époque est née.

            Certes ! de toute part, en aval ou en amont,

            Le paysage est différent, mais très charmant !

 

  Ô, Châteaubrun, tu inspires écrivains, sculpteurs,

            Poètes, artistes et, bien sûr, moi, le rêvasseur !

 

  Daniel ALLIGNET

  10/06/2010

Histoire... Les Frères BRULÉ : une famille de Cuzion dans la tourmente de 1914/1918 Poésie... "Vallée de la Creuse"