CUZION

Cuzion

La parenthèse nature

Cuzion d'autrefois

Partagez vos documents anciens !

Vous pouvez nous envoyer directement par mail les fichiers de vos photos ou cartes postales en format "jpg". Le secrétariat de mairie est également à votre disposition pour numériser vos images originales si besoin. Prenez rendez-vous pour les faire scanner. 

Email : mairiedecuzion@orange.fr (indiquer " à l'attention du webmaster du site internet ").

Tél mairie : 02.54.47.24.51

Les cartes postales des Archives Départementales de l'Indre

Les Archives départementales de l'Indre conservent une collection de cartes postales issue d'achats et de dons. La collection la plus importante est issue du " Legs Joseph Thibault "L'ensemble de la collection a été numérisée, soit plus de 9 000 cartes postales conservées aux Archives départementales de l'Indre, la collection complète étant en accès libre dans la salle de lecture.

Sur le site du département de l'Indre (rubrique archives), découvrez les cartes postales illustrant Cuzion 
ainsi que la biographie de Joseph Thibault

Vidéos "Cuzion d'hier"

Accès au patrimoine vidéo régional sur le site internet ciclic

 

Retrouvez la petite et la grande histoire de la région sur le site internet memoire.ciclic.fr 

édité par la Région Centre - Val de Loire, qui collecte, conserve, numérise et valorise les films amateurs.


Accédez aux films tournés à Cuzion en cliquant ici

Plus de 32 films amateurs sont en ligne.


(si l'affichage de la liste n'apparait pas, descendre le curseur sur la page,

ou taper "cuzion" dans la barre "rechercher, ajouter aux critères").

Les Archives Départementales de l'Indre

Le fonds d'archives départemental


Consultez sur le site internet du département de l'Indre les différents fonds d'archives, mis en ligne en 2013 : registres paroissiaux et d'état-civil jusqu'en 1902, recensements de population jusqu'en 1901 (recherche par chef-lieu du canton), plans du cadastre napoléonien (XIXème siècle), registres matricules militaires (1863-1921).

 

Des difficultés pour ouvrir les images numérisées (qui ne s'ouvrent pas en cliquant sur l'oeil), peuvent être dues au blocage des fenêtres publicitaires intempestives ou pop-ups par votre navigateur : conseils de consultation.

 

Important : "Les personnes, physiques ou morales, privées ou publiques, souhaitant réutiliser les informations produites ou conservées par les Archives départementales de l’Indre doivent en faire la demande écrite auprès des Archives départementales de l’Indre. Que ce soit pour un usage interne ou privé ou pour un usage commercial". Consulter sur le site du département de l'Indre les modalités de réutilisation des données publiquesTélécharger sur le site " indre.fr " le règlement général de réutilisaton d'informations publiques détenues par les archives départementales de l'Indre

Partagez vos documents anciens et textes !

Faites découvrir ici vos récits, poésies, recettes, etc...  concernant notre territoire !

Adressez-les nous via le formulaire de la page CONTACT de ce site.

Les articles sont publiés sous forme de blog.

Poésie... " Le père, l’enfant et les bœufs "

30 mars 2016

                        Je revois le temps où nous avions des bœufs ;

                        Très doucement, ils allaient sous le joug tous les deux ;

                        L’un s’appelait Racigneux et l’autre Mouton.

                        Mon père, sans l’aiguillon, leur donnait le ton.

 

                        Sous la voix de leur maître, ils tiraient la faucheuse,

                        Un très lourd charroi ou la moissonneuse-lieuse,

                        Ainsi que la charrue, le cultivateur,

                        L’herse et le rouleau. Cela pendant des heures.

                        Ils marchaient l’un contre l’autre au même pas.

                        Ils s’entendaient très bien et n’étaient jamais las.

                        Oui, tous deux étaient les compagnons de mon père.

                        Ils étaient toujours là pour travailler la terre.

 

                        Je me souviens de ce moment où je traversais une lande,

                        Assis sur un char de foin chargé dans les Brandes ;

                        J’étais très jeune et j’avais hâte d’arriver,

                        Mais les bœufs marchaient lentement, suivant leur gré.

 

                        L’homme regrette tous ces instants d’insouciance,

                        Là, où il était heureux lors de son enfance.

                        Le temps mis par les bœufs était interminable ;

                        Celui des tracteurs ne peut être comparable.

 

                        J’ai en mémoire la relation fusionnelle

                        Qui, probablement, n’était pas exceptionnelle,

                        Entre bien des hommes et l’ensemble de leurs bœufs.

                        Mon père aimait ses bœufs et prenait grand soin d’eux !

  

Daniel ALLIGNET

03/09/2014, Montcocu - Barraize, Vallée de la Creuse

 

" Je fais partie de cette génération dite  «génération de l’immédiat après guerre » qui a été le témoin de l’évolution de la société rurale qui demeurait encore traditionnelle dans les  années 1950 dans notre contrée. 

Le monde paysan de notre Bas Berry à commencé à évoluer rapidement, au début des années 1960, avec l’arrivée des tracteurs et du machinisme. A partir de ce moment là, l’agriculture devait se métamorphoser brutalement par la mise en place de nouvelles méthodes de travail. Nous passions rondement d’une agriculture ancienne à une agriculture moderne. Pour l’adolescent que j’étais, il s’agissait là de deux mondes différents. Le contraste était frappant alors que ces deux mondes étaient néanmoins très rapprochés dans le temps.

Au début des années 1950, mon père travaillait avec des bœufs qui ont marqué profondément mon enfance. Aussi, je me souviens d’avoir été frappé par leur remarquable comportement stoïque lorsqu’ils étaient attelés et placés en période d’attente alors qu’ils étaient attaqués de toute part par des mouches. Ils ne bougeaient pas, ils essayaient simplement de les chasser régulièrement en secouant leur joug ou en agitant leur queue. Mais, à la fin des années 1950, commençait le début de la fin d’un monde qui, pour l’enfant que j’avais  été, ne pouvait être imaginable. La traction animale se terminait pour laisser place à la traction motorisée. La relation fusionnelle entre l’homme et l’animal ne pouvait plus être aussi intense qu’auparavant. Ce qui amenait mon père à dire, en d’autres mots, que le tracteur, si utile qu’il pouvait être, ne serait jamais qu’une machine dépourvu d’âme, de cœur et d’esprit. Lorsque je pense à cette époque, la nostalgie me gagne. "

Poésie... "Vallée de la Creuse" Poésie... "Hommage aux paysans de jadis en bas-Berry"